Sécheresse: Progression de la sécheresse en Meuse, le bassin « Moselle aval » passe le seuil de la crise


Sécheresse: Progression de la sécheresse en Meuse, le bassin « Moselle aval » passe le seuil de la crise.

 Progression de la sécheresse en Meuse, le bassin « Moselle aval » passe le seuil de la crise.

 

Sécheresse au 20 Septembre 2020.png (151 KB)

(Carte des zones de restrictions au 20 Septembre 2020, source: Propluvia)

* Le 19 Septembre 2020: Progression de la sécheresse en Meuse, le bassin « Moselle aval » passe le seuil de la crise

L’Observatoire Sécheresse s’est réuni le 18 septembre 2020, pour la 5éme fois depuis le début de cette année, sous la présidence de Mme Pascale TRIMBACH, Préfet de la Meuse. La sécheresse sévit toujours, ce qui avait alors justifié le maintien du département en situation d'alerte renforcée, d'autant que certains secteurs frôlaient déjà une situation de crise.

Depuis la dernière réunion de l’Observatoire Sécheresse du 18 août dernier, la sécheresse a progressé. L’absence de précipitations et les fortes chaleurs des derniers jours ont conduit à une dégradation accélérée de la situation hydrologique.

Sur le plan météorologique, le mois d’août a connu seulement 18 % de la pluviométrie qui peut être normalement attendue. Les fortes chaleurs ont aggravé la baisse générale des débits de tous les cours d’eau. Concernant les eaux souterraines, la tendance reste à la baisse avec la poursuite de la vidange des nappes. Toutefois, le niveau moyen mensuel reste proche de la moyenne sur une grande partie du territoire.

Les débits des rivières sont particulièrement bas, nettement inférieurs aux débits moyens d’un mois de septembre.

Les sols, quant à eux sont toujours très secs jouxtant avec les records secs de 1976.

Dans ce contexte, les usages prioritaires (eau potable, lutte contre l’incendie et abreuvement du bétail) sont maintenus mais de nouvelles restrictions significatives s’imposent. La dégradation étant plus forte sur le bassin hydrographique « Moselle Aval », il a été décidé de passer au stade de restriction le plus fort (niveau 4) jusqu’au 5 octobre.

Les autres unités hydrographiques du département restent en alerte renforcée (niveau 3) jusqu’au 2 novembre.

Mesures de restriction de l’usage de l’eau
Pour la consommation des particuliers et des collectivités :

Mesure sécheresse 1.png (123 KB)

Pour les usages agricoles, industriels et commerciaux :

Mesure sécheresse 2.png (68 KB)

Ces mesures telles que l’interdiction d’arrosage, de lavage des véhicules et de remplissage des piscines, etc. ont pour objectif de garantir l’alimentation en eau potable des populations et de préserver le débit des cours d’eau. La préfète rappelle que ces mesures de restriction nécessitent également la vigilance et le civisme de chaque usager. Il convient que l'attention de tous soit portée sur la rareté de l’eau et que les consommateurs s’engagent dans des démarches d’économie. A ce titre, plusieurs communes subissent de plein fouet cette sécheresse et sont ravitaillées en eau potable par citernage depuis plusieurs semaines.

Au vu de la dégradation progressive des niveaux d'eau, il n'est pas à exclure que d’autres bassins hydrographiques du département puissent passer le seuil de crise dans les semaines à venir.

Les informations relatives aux mesures de restrictions, l’arrêté préfectoral, ainsi que la carte et la liste des communes par unité hydrographique sont disponibles sur le site internet des services de l’État à l’adresse suivante : http://www.meuse.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Eau/Secheresse-en-Meuse  et dans les mairies et sur le site PROPULVIA : http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp

Ces restrictions s’appliquent sur tout le département quelle que soit la provenance de l’eau, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement ou de puits personnels.

Ces dispositions sont applicables à compter de la signature des arrêtés et jusqu’au 16 novembre 2020, sauf évolution de la situation météorologique et hydrologique conduisant à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises.

Les contrevenants s’exposent à des amendes (1 500 euros, 3 000 euros pour les récidivistes).La préfecture et l’ensemble des services de l’État sont mobilisés pour observer l’évolution de la situation et anticiper les risques de crise.

* Le 19 Aout 2020: Le département de la Meuse en alerte renforcée

Compte tenu de la dégradation de la situation hydrographique, l’ensemble du département de la Meuse est placé en alerte renforcée sécheresse.

L’Observatoire départemental de la sécheresse réuni, pour la quatrième fois cette année, le 18 août 2020 a dressé le bilan de la situation hydrologique sur l’ensemble du territoire département.

Le mois de juillet 2020 a connu seulement 10 % de la pluviométrie normalement attendue. Cette absence de précipitation conjuguée aux fortes chaleurs a aggravé la baisse générale des débits de tous les cours d’eau. Les indices d’humidité des sols approchent les records secs de 1976.

Sur la base de ces éléments, le département de la Meuse a été placé en alerte renforcée Sécheresse, l’objectif essentiel est de restreindre les usages de l’eau non essentiels afin de pouvoir maintenir les usages prioritaires.

L’image contient peut-être : texte qui dit ’Mesures de restriction de l'usage de l'eau Pour la consommation des particuliers et des collectivités Remplissage des piscines Interdiction sauf chantier et piscines publiques Lavage des véhicules Interdiction hors stations professionnelles Lavage des voies, trottoirs, terrasses et façades Interdiction sauf impératifs sanitaires Arrosage des jardins et terrains de sports Interdiction horaire de 8H 20H Pour les usages agricoles, industriels et commerciaux rrigation agricole (grandes cultures et prairies) Maraîchage, pépinières sauf irrigation localisée Interdiction horaire de 9H Interdiction horaire de 9H 20H 20H’

Afin de préserver les populations de poissons, il est également interdit de pêcher toutes les espèces, dans tous les cours d’eau, sauf exceptions mentionnées dans l’arrêté préfectoral.

En effet, il est utile de renforcer les actions d’économie de la ressource afin d’éviter tout gaspillage, de préserver la vie aquatique et prévenir la situation future.

Ces restrictions s’appliquent sur tout le département quelle que soit la provenance de l’eau, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement ou de puits personnels.

Ces dispositions sont applicables à compter de la signature des arrêtés et jusqu’au 1er octobre 2020.
Les arrêtés préfectoraux sont disponibles sur le site internet de l’État: http://www.meuse.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Eau/Secheresse-en-Meuse 

Les contrevenants s’exposent à une contravention de cinquième classe pouvant jusqu’à 1 500 euros et 3 000 euros pour les récidivistes.

La préfecture et l’ensemble des services de l’État sont mobilisés pour observer l’évolution de la situation et anticiper les risques de crise.

* Le 24 Juillet 2020: 5 bassins en situation d’alerte et alerte renforcée. Des restrictions d'usages de l'eau mis en place.

L’Observatoire départemental de la sécheresse, présidé par le Préfet, s’est réuni aujourd’hui en présence des services de l’Etat, de Météo-France, des représentants des collectivités territoriales, de la profession agricole, de la fédération de pêche et de la protection des milieux aquatiques, des usagers et des commissions locales de l’eau, afin de faire le bilan de la situation hydrologique et des prévisions météorologiques.

Si la période de recharge des nappes a été globalement satisfaisante en lien avec un mois de février largement excédentaire en pluie, un déficit pluviométrique est observé depuis le printemps.

Ce déficit a entraîné une baisse générale des débits de tous les cours d’eau et a des incidences directes sur l’état de la ressource en eau superficielle.

Concernant les eaux souterraines, la tendance de niveau piézométrique reste à la baisse même si le niveau moyen mensuel reste proche de la moyenne sur une grande partie du territoire.

Les sols montrent des indices d’humidité qui sont bas pour la saison.

Les précipitations récentes n’ont pas permis de faire évoluer favorablement la situation. Cette dernière n’est pas totalement homogène sur le département.

Le phénomène est plus préoccupant sur les unités hydrographiques de Meuse Amont et Moselle aval Orne qui ont atteint le seuil d’alerte renforcée, et dans une moindre mesure pour les unités Aisne amont, Moselle amont-Chiers et Saulx-Ornain qui ont dépassé les seuils de l’alerte.  

Monsieur le préfet a décidé de mettre en place des mesures pour préserver ces ressources pour les différents usages et particulièrement pour l’alimentation en eau potable. Ainsi des premières restrictions sont mises en place dans les zones suivantes:

- les zones de la Meuse et Moselle en niveau alerte renforcée (Secteur de Vaucouleurs, Commercy, Saint Mihiel, Verdun, Stenay ou encore Etain), ◦
- les zones de la Saulx-Ornain, Chiers et Aisne amont en niveau alerte (Secteur de Bar Le Duc, Ligny en Barrois, Argonne, Montmédy ou encore Revigny sur Ornain),

Ces interdictions s’appliquent, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement ou de puits personnels.

Ces dispositions sont applicables à compter de la signature des arrêtés et jusqu’au 15 septembre 2020, sauf évolution de la situation météorologique et hydrologique conduisant à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises.

Les contrevenants s’exposent à la peine d’amende prévue à l’article R.216-9 du Code de l’Environnement, soit une contravention de cinquième classe pouvant aller jusqu’à 1 500 euros.

* Le 18 Juin 2020: Sécheresse: appel à la responsabilité de chacun et à une consommation raisonnable de l'eau

L’Observatoire départemental de la sécheresse, présidé par le Préfet, s’est réuni le 18 juin 2020 en présence des services de l’Etat, de Météo-France, des représentants des collectivités territoriales et des usagers, afin de faire le bilan de la situation hydrologique et des prévisions météorologiques.

Situation hydrologique du département de la Meuse
Les sécheresses successives de 2017, 2018 et 2019 ont conduit en Meuse, à la prise d’arrêtés préfectoraux de restrictions des usages de l’eau pour une durée globale de 11,5 mois.
Si le contexte hydrologique semble plus favorable qu’en 2019, le déficit pluviométrique observé en Meuse au cours des mois de mars et d’avril 2020 associé à des températures particulièrement élevées pour la saison a fait atteindre à l’indicateur de sécheresse des sols ses records secs au mois d’avril.
Du 1er mars au 16 juin 2020, les cumuls de précipitations présentent une répartition géographique hétérogène, avec 10 % de déficit sur la moitié Est de la Meuse et 30 % sur la moitié Ouest du département.
Le niveau des nappes d’eau souterraines est lui aussi préoccupant et proche pour certaines ressources en eau potable des valeurs relevées en juillet 2019.
Les pluies de ces derniers jours permettent de maintenir la situation à un niveau ne nécessitant pas la mise en œuvre de restriction des usages de l’eau.
À ce stade, tous les meusiens sont appelés à une utilisation économe de l’eau afin de soulager la ressource et retarder la possible mise en place de mesures de restriction.

Des bons gestes pour économiser l’eau
Chacun, par ses gestes quotidiens ou ses pratiques professionnelles, peut contribuer à préserver les ressources en eau. 25 % de la consommation d’eau relève de la sphère domestique. En période de sécheresse, que l’on soit soumis ou non à des mesures de restriction, chacun d’entre nous doit, plus que jamais, maîtriser sa consommation d’eau quotidienne grâce à des gestes simples :
- privilégier les douches,
- installer des équipements sanitaires économes en eau,
- faire fonctionner les appareils de lavage à plein,
- réutiliser l’eau de pluie, etc;
Les professionnels sont également encouragés à réduire leurs prélèvements et leur consommation d’eau par de nouvelles pratiques et modes opératoires.

Plus d’informations sur le site internet national: https://www.gouvernement.fr/risques/secheresse 

La préfecture et l’ensemble des services de l’État sont mobilisés pour observer l’évolution de la situation et anticiper les risques de crise chaque semaine.

Un prochain Observatoire “sécheresse” se tiendra à la mi-juillet sauf si la situation hydrologique nécessitait une réunion avant cette date.

 

Quelques gestes économes pour l'eau : retrouvez la brochure de l'ADEME.